Mon approche de l'atelier théâtre

Devenir comédien amateur ?

Capture

Lors d'un atelier que j'animais, une actrice amateur m'a dit qu'elle voulait apprendre à être actrice. Je n'ai pas répondu. Ce n'est pas mon objectif. Je ne copie pas les écoles de théâtre, je ne désire que donner le plaisir de monter sur scène et y exprimer ses émotions à travers les personnages d'une histoire qu'on raconte ensemble.

Je n'ai pas de recette miracle, pas de formule magique, ni même de technique universelle. Je focalise mon action sur les points qui me semblent essentiels pour réussir ce spectacle et progresser ensemble :

Apprendre à se lacher. Les normes castratrices de notre société empêchent de se découvrir. Sur scène, on est autre ! On a le droit de ne pas être dans la norme. Dans la vie aussi, mais ça, c'est une autre histoire. Ceci parait anodin, mais se lacher est extrêment difficile pour certains.

Apprendre à jouer ensemble, dans un même espace, et à se respecter dans sa différence, à respecter le niveau de jeu de chacun. Plus que les normes de jeu stéréotypées, je privilégie la spontanéité. Drôle d'enjeu pourtant si universel ! Je préfère les personnages vécus à la beauté stéréotypée exigée par le metteur en scène.

Apprendre à transmettre les émotions du spectacle au public. Pour donner les émotions, il faut les apprendre et les comprendre, les vivre.

 

Lorsque la pièce est choisie :

S'imprégner de son personnage, le comprendre pour ne pas le jouer mais le devenir. Je préfère que le texte ne soit pas respecté à la lettre et le personnage bien compris que l'inverse. Le texte est trop rassurant pour beaucoup de comédiens amateurs qui s'y accrochent, mais sans le vivre. Trop d'animateurs d'ateliers voient le rendu du spectacle avant le jeu de l'acteur. Dans le théâtre amateur, je préfère quelques couacs lors du spectacle à un truc bien léché mais sans vie. C'est un choix.

 

Avec ces règles de base, j'ai pu voir des comédiens débutants nous façonner des scènes formidables !

Ils vivent leur personnage, ils ne surjouent pas (même si la tentation est grande), ils ne se contentent pas de le jouer, ils vivent le spectacle.

laurent-casque.jpg

 

Dans les écoles de théâtre professionnelles, le corps est l'outil privilégié, car il est l'outil de l'acteur. On y apprend aussi le chant, la danse, l'acrobatie, l'escrime et tant d'autres choses. Ce n'est pas le bon objectif pour le théâtre amateur.

Chaperon2

 

L atelier theatre selon didierL atelier theatre selon didier (242.61 Ko)

 

Le choix du spectacle

PoliciereTueusePolicier

Le théâtre amateur est un loisir mais aussi outil de développement de soi et de changement du monde.

La majorité des troupes amateures font du théâtre par plaisir (heureusement), pour la détente et le rire.

Le drame y trouve peu sa place. C'est bien dommage.

Le monde stressant dans lequel nous vivons demande des soupapes de sécurité. Le rire en est une, le théâtre un vecteur.

Je désire utiliser ce vecteur pour aussi envoyer des messages, sans se contenter du rire pour le rire. J'ai cette exigence avec moi même dans les ateliers. On rit mais en travaillant.

Le theatre amateur en fete durant deux jours

 

La mise en scène

Lassy

J'approche la mise en scène de manière non directive. Ce qui peut-être déroutant pour certains.

D'abord, le texte choisi, je donne au groupe ma vision de l'histoire et des personnages : comment je les vois, je les sens, je les interprète, je les comprends, je les imagine, ...

La distribution des rôles peut alors s'effectuer.

J'indique alors comment je vois l'aménagement de l'espace scénique, les entrées et les sorties et je laisse les comédiens s'en imprêgner et s'essayer à un premier jeu, libre, texte en main, comme il le sentent. Avec des comédiens amateurs, quelque soit leur niveau de jeu, je préfère, comme pour le personnage, qu'ils sentent ce qu'ils font et non pas qu'ils fassent ce que j'impose.

Nous revenons alors sur le choix des rôles et la compréhension de la pièce. J'interviens sur ce premier jeu, quitte à changer les rôles attribués en premier choix. Il doit y avoir la meilleure adéquation possible entre le comédien et le personnage. Elocution, aisance sur scène, attitudes, expressions, physiques, ... les critères plus ou moins subjectifs restent nombreux.

Commence alors le travail de mise en scène, avec, bien évidemment, tout au long du travail, des rectifications, des ajustements, des mises au point, pour que chacun se sente à l'aise sur le plateau et que le spectacle se construise. Je fonctionne à l'écoute des comédiens, quitte à revenir sur mes idées dès qu'une suggestion m'interpelle.

Ma méthode est, je le sais, déstabilisante au départ. Mais le résultat est toujours enrichissant et les comédiens sortent satisfaits de leur prestation.

119.jpg